vendredi 5 mars 2021

367 - le Chasseur du Roi

 Guerre et amour sont les deux pôles de cette chanson de retrouvailles entre un soldat et sa belle. Un soldat qui manifestement hésite entre embrasser la carrière ou sa bien aimée. Celle ci lui reproche ouvertement d'avoir préféré les honneurs militaires à ses amours. Jusqu'au dernier couplet on devine que, si le beau militaire songe à se caser, rien n'est joué.

Cette chanson est assez rare dans nos archives. Plusieurs chansons du même type existent dans divers fonds, mais celle ci semble être la seule à mettre à l'honneur un « chasseur du roi ».

Pour écouter la chanson et lire la suite :

Le chasseur est un homme de troupe dont la doctrine d'emploi est de « couvrir les flancs et éclairer la route » d 'une armée en campagne. C'est une fonction particulière et sans doute plus prestigieuse que simple fantassin. De plus, nous sommes à un époque où le prestige de l'uniforme a un sens. On n'a pas encore inventé la tenue de camouflage. Celui ci est donc coloré et plus destiné à impressionner. D'autant que ces régiments sont souvent de cavaliers, même si il existe des compagnies de chasseurs à pied. Le premier corps de chasseurs a été créé en 1740. Cela ne suffit pas à dater la chanson. Le terme chasseur du roi semble plutôt en vigueur au 19è siècle, avec la restauration de la monarchie. Quoi qu'il en soit, nombre de chansons traditionnelles qui évoquent l'armée et ses péripéties se sont adaptées aux époques : royauté, république ou empire.

Après ces digressions sans prétentions historiques, revenons à la chanson elle même. Sa coupe et ses rimes (1) ainsi que quelques phrases récurrentes la rattachent à une chanson composée par le dénommé « Belhumeur », poète ayant sévi vers le milieu du 18è siècle. C'est Patrice Coirault, dans le premier tome de « Formation de nos chansons folkloriques »(2), qui nous donne cette information.

Dans cette chanson, où le militaire s'appelle Jolibois et la fille Fanchon, le dialogue ne s'appesantit pas autant sur les reproches d'abandon que sur la joie des retrouvailles. Ainsi le dernier couplet est plein de promesses :

Cessez

Fanchon de vous lamenter

Il nous faut épouser

Il est bien question d'épousailles dans notre version chantée par M. Houssais de St Aubin des Châteaux (près de Chateaubriant). Mais la fille ou ses parents se méfient des intentions réelles du militaire. A-t-il bien reçu son congé ? On a trop vu de chansons où ce congé a été pris « sous la semelle de mes souliers » et d'autres où le garçon déçu de l'accueil qui lui est réservé ne pense qu'à se rengager.

Cette préoccupation qui n'est pas dans la chanson originelle est apparue avec la folklorisation de ce texte. Dans une des versions (3) c'est même carrément la fille qui incite son amant :

Mais tu n'es pas assuré avec ta liberté

retourne toi z'à l'armée

hélas

Quand tu auras ton congé

Tu me viendras trouver

De la chanson de Belhumeur, les versions folklorisées ont surtout retenu, comme ici, le début :

Qui frappe à ma porte à minuit...

C'est la voix de mon amant...

et les regrets du militaire pensant à sa belle :

J'ai pleuré tant de fois

Nuit et jour en faction, en étudiant ma leçon

Toutes ont conservé ce cinquième vers en forme de ponctuation : Hélas !

Ce qui entretien dans cette chanson toute l'ambiguïté entre le plaisir des retrouvailles et la crainte que ça ne dure pas.


notes

1 – sept vers à rimes masculines coupés : 8 8 7 7 2 7 7

2 - Patrice Coirault : Formation de nos chansons folkloriques – Ed. Du scarabée – Paris 1953. Le chapitre consacré au chansonnier Belhuemur, ou Belle-Humeur, va des pages 83 à 100.

3 – collecte de chansons effectuée en Velay et Forez par Victor Smith


interprète : Janick Péniguel

source : Eugène Houssais, à Saint-Aubin-des-Châteaux, enregistré le 28 septembre 1993 par Patrick Bardoul (enregistrement original consultable sur Dastumedia)

catalogue P. Coirault : Qui frappe à ma porte à minuit ? (retour de l'amant soldat – 3710)

catalogue C. Laforte : II, I-20 – le retour du soldat : la nuit à la porte de sa maîtresse



De vers minuit vient frapper à ma porte

Trois petits coups sans faire de bruit

C’est la voix de mon amant

Celui qu’mon cœur aime tant

Hélas

J’ai bien entendu son cœur

Qui me disait n’ai pas peur


Ah si c’est toi chasseur du roi

Ce que tu m’avais promis autrefois

Tant de lettres je t’écrirai

Tant de lettres je t’enverrai

Hélas

Si tu m’avais tant aimée

Tu n’m’aurais pas oubliée


Ah si c’est toi chasseur du roi

Pour qui j’ai tant pleuré de fois

Tant de fois que j’ai pleuré

Tant de fois j’ai regretté

Hélas

Je t’y croyais mort au combat

Tout comme un vaillant soldat


Ah si c’est toi chasseur du roi

Viens donc y souper avec moi

Et avec moi tu souperas

Et à papa tu parleras

Hélas

Si maman elle le veut bien

Nous fiancerons demain


Bonsoir papa bonsoir maman

Que vous avez de beaux enfants

Trois belles filles à marier

A la plus jeune j’vais m’adresser

Hélas

Je lui ferais mes compliments

Et elle ses agréments


Vous qui parlez de vous marier

Votre congé est-il signé

Il est fini, il est signé

Par trois de mes officiers

Hélas

Et aussi par mon commandant

Je suis mon maître à présent


Mais en montant la faction

En étudiant ma leçon

Quand je pense à cette faveur

Mon cœur est rempli de pleurs

Et en montant la faction

En étudiant ma leçon

Quand je pense à cette faveur

Mon cœur est rempli de pleurs

Aucun commentaire:

Publier un commentaire