vendredi 3 janvier 2020

321 - Rossignolet du bois qui chante


C'est la période de l'année où on échange ses meilleurs vœux. C'est aussi le moment où de nombreux magazines comblent le vide de leurs pages avec des horoscopes. Sans doute parce qu'un tour de compteur est propice aux interrogations sur l'avenir, les perspectives professionnelles, le besoin de se rassurer sur sa santé et la réussite sentimentale.
La chanson traditionnelle fait rarement référence aux astres (à l'exception de la lune) mais s'interroge en permanence sur les chances de la vie de couple. Souvent sollicité par les amoureux, c'est encore une fois le rossignol qui tient la vedette ; et assume ici le rôle de Madame Soleil.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

L'interrogation du siffleur professionnel, habituel messager des amoureux, n'a pas grand chose à voir avec la consultations des augures ou de la position des planètes. Elle fait plutôt appel à l'expérience, en la matière, de l'oiseau emblématique. A la limite, on pourrait fort bien se passer de son avis, si ce n'est qu'il personnifie idéalement le bon sens populaire qui manque si souvent aux amoureux. S'il est vrai que le cœur a ses raisons que la raison ignore, la chanson que nous vous proposons pour débuter l'année est beaucoup plus proche du mariage de raison que du mariage d'amour.
Le choix reste limité à une alternative entre un beau-père plein aux as et un autre de condition plus modeste. D'autres chansons ouvrent plus largement l'éventail du choix avec l'intérêt de choisir une femme plus ou moins belle. Mais c'est là un autre sujet sur lequel nous reviendrons le moment venu.
Si notre chanson envisage le mariage d'un point de vue masculin, on trouve aussi bien des versions où c'est la future épousée qui s'inquiète de s'entendre reprocher :
Tu n'étais qu'une simple servante
A présent tu t'y fais servir
La présence de ce thème dans les collectes ou les recueils anciens fait que nous n'avons eu que l'embarras du choix d'une version. Celle-ci vient du pays de Coislin, avec une mélodie un peu différente de celle la plus couramment entendue. Elle est souvent décrite par les informateurs comme une chanson à la marche ; pour les noces, probablement. En revanche, la consultation du répertoire de Patrice Coirault indique qu'en dehors de sources anciennes, cette chanson ne serait guère connue que dans le pays nantais et ses environs.
Bien souvent le texte de cette chanson ne semble là que pour éviter aux amoureux de rêver d'une ascension sociale par le mariage :
Tu n'avais rien et moi aussi...
La morale prend vite le pas sur le plaisir :
Travaillons, gagnons notre vie
A défaut de fortune, la communauté d'infortune serait-elle le gage de la réussite du couple ? Pour conclure, la morale religieuse ne peut s'empêcher de pointer le bout de son nez en faisant sentir au ménage modeste que :
Si j'avons d'la peine en ce monde
J'aurons des joies en paradis
couplet présent dans les versions recueillies au 19è siècle, tant par Armand Guéraud qu'Abel Soreau.
Quel que soit votre choix, que vous deviez convoler en 2020 ou que ce soit déjà fait, nous vous souhaitons à toutes et à tous une très bonne année.

interprète : Janig Juteau
source : Pierre Orain, de Campbon (44) enregistré le 24 août 1999 par Janig Juteau et Florence Grondin
catalogue P. Coirault : Le pauvre préféré au riche (avant le mariage - 04929)

Rossignolet du bois qui chante (bis)
Enseigne-moi un doux profit, rossignolet du bois joli

Si je dois me mettre en ménage (bis)
Ou bien rester comme je suis, rossignolet du bois joli

Si tu prends la fille d’un riche homme (bis)
Tu n’auras jamais de plaisir, rossignolet du bois joli

Elle te dira d’un jour à l’autre (bis)
Tu n’avais rien quand je t’ai pris, rossignolet du bois joli

Hier tu couchais sur la paille (bis)
Aujourd’hui tu as un bon lit, rossignolet du bois joli

Si tu prends la fille d’un pauvre homme (bis)
Tu auras toujours tes plaisirs, rossignolet du bois joli

Elle te dira d’un jour à l’autre (bis)
Travaillons, gagnons notre vie, rossignolet du bois joli.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire