samedi 25 septembre 2021

386 - Le pommier fleuri (2)

 

Vous avez découvert la semaine passé l'évolution d'une chanson d'auteur passée dans la tradition. Plutôt que de suivre un ordre chronologique, nous avons choisi de remonter à la source et allons donc vous proposer, cette semaine, une interprétation de l’œuvre originelle, telle qu'elle apparaît dans le tome 1 des « chansons de Saillé ». Vous pourrez ainsi mesurer le degré d'évolution, à la fois du texte (un peu) et de la mélodie (beaucoup).

pour écouter la chanson et lire la suite

samedi 18 septembre 2021

385 - C’est t’y donc joli un pommier fleuri

 Cette semaine, et la prochaine, nous allons vous proposer de suivre avec nous l'évolution d'une chanson. Ce qu'on pourrait appeler un processus de folklorisation. Un phénomène qui concerne sans doute un grand nombre de chansons traditionnelles, mais que l'on a rarement l'occasion de pouvoir observer « en direct ». Comment une chanson, dont l'auteur nous est connu, prend-elle son indépendance pour évoluer, dans sa forme, sa mélodie et ses paroles. Mais d'abord écoutons cette première version.

Pour écouter la chanson et lire la suite :

samedi 11 septembre 2021

384 - A la Saint Jean m'y suis gagée

 Intéressante à double titre cette chanson : d'abord par l'histoire qu'elle raconte mais aussi, justement par son titre habituel. Dans de nombreux recueils c'est au refrain qu'est emprunté ce titre « la vezi, la vezon ». Non pas que l'aventure de cette servante avec les trois larrons passe au second plan, mais parce que cet appel à la danse sous forme d'onomatopée instrumentale est ce qui la définit le mieux.

pour écouter la chanson et lire la suite :

samedi 4 septembre 2021

383 - Le mal de dents

 Quand une jeune fille tombe malade dans une chanson traditionnelle, ça sent souvent le sapin. Mais quand elle se plaint juste d'avoir mal aux dents, ce n'est pas pour nous faire découvrir les méthodes ancestrales des arracheurs de dents. C'est à tout coup pour ne pas nous avouer directement que son mal se situe ailleurs. « Elle court, elle court la maladie d'amour » comme le dit si bien Michel S... chanteur beaucoup moins traditionnel et beaucoup plus contemporain. Et voilà pourquoi, contrairement à la fameuse chanson « sans calcium » des Frères Jacques, celle ci ne sera jamais remboursée par la sécurité sociale.

Pour écouter la chanson et lire la suite :

samedi 28 août 2021

382 - Le « Sans Pareil »

 Finies les régates, revenons aux choses sérieuses. On n'est pas là pour s'amuser avec cette évocation des objectifs guerriers de la Royale. Nous voici replongés dans l'ambiance du 17è siècle, époque où la navigation à voile n'est pas une partie de plaisir. Seules comptent les conquêtes navales ou commerciales pour lesquelles les chantiers de marine réalisent leurs plus beaux navires. Pour que personne n'en doute on les affuble de noms ronflants : le Triomphant, le Conquérant, le Soleil royal...ou le Sans pareil. Des appellations qui devraient leur valoir une destinée hors du commun. La réalité est parfois plus cruelle.

Pour écouter la chanson et lire la suite :

mercredi 18 août 2021

381 - La Gaité

 En cette période estivale ce sont les loisirs nautiques que nous mettons à l'honneur avec cette chanson de plaisanciers, datant d'un époque où cette occupation en était à ses balbutiements. Loin des voyages au long cours, des campagnes de pêche à la baleine ou à la morue, des combats navals sanglants qui hantent le répertoire des chants de marins, voici quelques couplets agréables et rafraîchissants. Nous délaissons l'eau salée pour celle des rivières et les vagues de l'Atlantique pour le port de Nantes

pour écouter la chanson et lire la suite :

dimanche 25 juillet 2021

380 - Venez, jeunesse mondaine - 2

 Voici donc la seconde partie de notre feuilleton de l'été. Résumé de l'épisode précédent : Un jeune rennais emprunte un crâne au cimetière pour effrayer les passants le jour du carnaval. Ayant fini de s'amuser, il rejette le crâne. Par bravade et en toute inconscience, il invite le mort à dîner à titre de dédommagement. Il n'imaginait sûrement pas que le mort se présenterait chez lui. Et c'est à cet endroit que nous reprenons l'histoire.

Si vous prenez cette affaire en cours, nous vous conseillons d'écouter d'abord les douze premiers couplets publiés la semaine dernière (n° 379)

Pour écouter la chanson et lire la suite :