vendredi 15 juin 2018

253 - Le Père Mathurin


Il n'est pas toujours facile de suivre l'actualité en chansons. La preuve : nous vous proposions un chant de Noël à la veille de Pâques. Et voilà qu'à la veille des feux de la Saint Jean on brûle le bonhomme Mardi gras !
Pour fêter le carnaval nous n'irons pas jusqu'à Rio ni à Venise mais plus près de nous, à La Turballe. A l'initiative de quelques habitants et sous l'impulsion de l'office de tourisme local, cette commune a remis au goût du jour la promenade du Père Mathurin, tradition qui y perdurait encore dans les années 50. La chanson qui accompagne le défilé puis la crémation du bonhomme carnaval ravira tous ceux que les complaintes interminables épuisent. Le texte en est beaucoup plus court et par conséquent plus facile à mémoriser.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 8 juin 2018

252 - La culotte de Velours


Ciel, mon mari ! … Bien avant le théâtre de boulevard, la chanson traditionnelle a utilisé les situations cocasses qui mettent en scène le triangle infernal : le mari, la femme, l'amant. Du meunier qui se cache dans le coffre à l'amant dévoré par les souris, en passant par Marion et ses répliques au mari soupçonneux, il ne manque pas de chansons pour exploiter ce filon. Elles tournent en dérision tantôt le mari cocu, tantôt l'amant, la femme s'en tirant le plus souvent pour le mieux.
L'originalité de cette aventure tient dans sa morale; ou dans son absence de morale, c'est comme on veut.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 1 juin 2018

251 - La chanson des mois (deuxième partie)


Voici donc la suite tant attendue de la chanson des mois, dont nous avons publié la première partie en janvier (1) . Nous en étions restés à juin, où Pierrot et Margot étaient couchés dans le foin, avec le soleil pour témoin. Le roi Dagobert, sans culotte à l'envers, nous aidait à énumérer les travaux des champs. Sans attendre le début de la saison estivale nous reprenons le cours de cette évocation rustique et surannée.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 25 mai 2018

250 - Mon père est marchand de boudins


Tiens, voilà du boudin ! Mais, rassurez vous, nous n'allons pas explorer le domaine des marches militaires. Les chansons qui évoquent ce mets de choix de la gastronomie locale ne sont pas légion. Pourtant, l'importance du porc comme élément de subsistance dans l'économie paysanne n'est plus à démontrer : dans le cochon tout est bon. La tuerie de cochon était prétexte à réjouissances et à partage avec les voisins en raison de la difficulté de conservation de certaines parties de l'animal. C'est tout particulièrement vrai pour le boudin qui, devant être consommé rapidement, réunissait parenté et voisinage autour du traditionnel repas de boudins. Mais la chanson à la dizaine que nous vous proposons n'a que peu de rapports avec cette fête.
Pour écouter la chanson et lire la suite

vendredi 18 mai 2018

249 - la fiancée du prince


Un châtiment disproportionné, bien dans la tradition ancestrale, voilà ce que nous propose cette chanson tragique. Quelques uns des épisodes nous font immédiatement penser à d'autres chansons héritées d'une époque lointaine : la mère sur le créneau qui voit venir le cavalier, tout comme dans la chanson du Roi Renaud ; l'infidélité, réelle ou supposée, punie de façon barbare tout comme dans l'histoire des anneaux de Marianson.
La version que nous vous proposons vient des collectes de Gustave Clétiez, reprises par Fernand Guériff. Si cette aventure est assez rarement chantée, elle est tout de même assez présente dans notre région puisqu'on en trouve plusieurs interprétations en Haute-Bretagne et particulièrement dans le pays de Chateaubriant.
pour écouter la chanson et lire la suite

vendredi 11 mai 2018

248 – Le retour du soldat


Triste sort que celui du soldat qui revient d'une longue campagne. Selon les nombreuses chansons qui racontent ces retours, son infortune varie : épouse enlevée par les sarrasins ou en bute aux mauvais traitements infligés par sa belle mère dans les complaintes les plus anciennes (1). Dans celles plus proche de nous, c'est une compagne lassée d'attendre qui se remarie. Parfois le retour coïncide avec la cérémonie. Mais ici le mal est déjà fait. Trompée par des « fausses lettres », elle a refait sa vie. Il semble même qu'elle n'ait pas attendu trop longtemps puisqu'elle a déjà plusieurs enfants de ces secondes noces. Toutes les versions de cette chanson respectent un déroulement immuable. Ce qui fait l'originalité de celle ci c'est son dénouement.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 4 mai 2018

247 - Les filles de Campbon


Après Nozay, Le Pouliguen, Saint Nazaire, Le Loroux, St Etienne, Le Croisic, St Malo, Guérande (1)...voici à nouveau une chanson qui met en vedette les filles d'une commune en particulier. Vous connaissez probablement déjà cette histoire parce que les filles des Forges de Paimpont ont assuré l'un des premiers succès du plus ancien groupe nantais encore en activité.
Ce texte, répandu dans toute la Haute-Bretagne, donne une chanson à double détente. Dans un premier temps on se moque des filles qui agissent comme des garçons. Pour finir, c'est le clergé qui en prend pour son grade, avec un curé qui tente de profiter de la situation.
Pour écouter la chanson et lire la suite :