vendredi 17 mai 2019

296 - C’était un petit avocat


L'avocat n'a jamais le beau rôle dans les chansons traditionnelles, où il apparaît fréquemment. C'est lui qui tient souvent le rôle du cocu dans les histoires de maumariées. Souvent il s'y comporte d'une manière odieuse. Il est toujours récusé dans les énumérations de métiers qui constituent la trame des choix d'un mari. Il n'est guère à son avantage non plus dans quelques chansons que nous avons déjà publiées (1), à commencer par la dernière en date : la bique au parlement. Ses nouvelles aventures ne vont pas redorer le blason de la profession. Avarice, roublardise, luxure...à tous ces défauts s'ajoute la gourmandise.
Pour écouter la chanson et lire la suite :


Si cette chanson est connue aux quatre coins de l'hexagone (2) le nombre de collectes dans notre région est lui aussi important. A chaque fois la morale de l'histoire insiste sur la punition du péché de gourmandise. Si elle nous semble aujourd'hui s'adresser davantage à un jeune public, la chanson n'a sans doute pas toujours été cantonnée au répertoire enfantin. Se moquer de certaines classes sociales aisées est une des facilités permises innocemment par la chanson. Ce sont toujours les mêmes qui sont punis par où ils ont péché : les moines, le curé qui se brûle la main avec la poule à Colin, et ici, autre porteur de robe, un avocat.
La première édition connue de ce texte remonte à 1724 dans le premier tome des rondes de Ballard. Les paroles insistent surtout sur son apparence, mais il nous manque la suite. En revanche, le refrain ne laisse aucun doute sur les origines de notre chanson
Or il étoit un avocat
Tour lourirette o lironfa
Qui avait un tant beau rabat
Tou, tou, tourlourirette
Qui avait un tant beau rabat
Tour lourirette o lironfa
...
et la culotte de damas
Un beau pourpoint de taffetas
Mais il avait cecy tout gras
Dans quasiment toutes les versions collectées récemment c'est le poisson et ses arrêtes qui causent la perte du gourmand. Pourtant une autre version est mentionnée par Armand Guéraud (3) qui l'avait récoltée à plusieurs reprises, en Loire-Atlantique et en Vendée. C'est aussi une affaire de gourmandise, dont la fin est moins dramatique. Elle serait sans doute plus proche du texte esquissé par Ballard. Pas de poisson au menu :
Des pois on lui fricassa
A poignée il les mangea
Ce qu'il fit ne se dit pas ...
enfin pas à Vieillevigne, mais non loin de là, aux Landes Genusson (85) on ajoute :
Peu s'en fut qu'il en crevat
Mais un zéphyr s'échappa
qui soudain le soulagea
cette affaire se rapproche d'une autre chanson type : « l'avocat qui pète en dansant » dont Guéraud donne également un exemple. A Tiffauges (85) on verse dans le scatologique :
Sous la table il fit caca
A la nappe il s'essuya
Mais l'affaire est sans conséquence pour le gourmand. Ce qui n'est pas le cas partout. A la gourmandise s'ajoute parfois la grivèlerie. Toujours extrait du recueil de Guéraud :
D'la soupe d'oignon on lui donna
D'bon appétit il la mangea
De l'argent on lui demanda
Pour de l'argent je n'en ai pas
Au violon on l'emmena
Voila l'histoire d'un avocat
Son attitude n'est pas sans rappeler celle de maître Pathelin, dont la farce fut un des plus grands succès du théâtre des 15è et 16è siècle. Décidément, la littérature populaire ne pardonne pas aux hommes de loi leurs comportements.

notes
1 - n° 287 – mars 2019 – voir aussi : la marchande d'oranges chez l'avocat (n°263 - septembre 2018) Remue tes cannettes (n° 182 – janvier 2017)
2- pas la peine de nous écrire pour accuser d'être nuls en géométrie. C'est juste une citation d'une formule trop souvent employée au premier degré dans les radio et à la télé.
3 – Armand Guéraud – chants populaires du comté nantais et du Bas Poitou – les chansons de l'avocat sont en pages 454 et 455 du tome 2

interprète : Jean-Louis Auneau
source : Raphaël Garcia, d'après une collecte effectuée par Christine Viaud chez Mme Louise Jaunâtre, de Bouaye
catalogue Coirault : l'avocat gourmand (satiriques et plaisantes - 11318)
catalogue Laforte : I, P-18, j'aime pas ça


C’était un p’tit avocat, tire tire tire la lirette
C’était un p’tit avocat, tire la lirette et lironfla

Dans une auberge il entra, tire tire tire la lirette
Son p’tit chapeau sous son bras, tire la lirette et lironfla

Du poisson on lui donna, tire tire tire la lirette
Son p’tit chapeau sous son bras , tire la lirette et lironfla

Une arête l’étrangla, tire tire tire la lirette
Son p’tit chapeau sous son bras, tire la lirette et lironfla

Sur sa tombe on y grava, tire tire tire la lirette
Son p’tit chapeau sous son bras, tire la lirette et lironfla

Un gourmand repose là, tire tire tire la lirette
Son p’tit chapeau sous son bras, tire la lirette et lironfla


Aucun commentaire:

Publier un commentaire