vendredi 12 septembre 2014

71 – les lavandières

Tant qu´y aura du linge à laver, on boira...du muscadet. Parce qu'il n'y a pas de raison que les lavandières du Portugal soient les seules à se piquer la ruche à la manzanilla (1).
Il y aurait beaucoup à dire sur cette profession dont l'utilité sociale n'est plus à démontrer dans la diffusion de l'information locale. Ceci en plus de la chasse aux taches ménagères, bien sur. Celles de Barbin, quartier nantais des bords de l'Erdre, étaient des célébrités locales.
Nous leur rendons hommage et vous invitons par la même occasion à découvrir prochainement le ciné concert réalisé par Dastum 44 et la cinémathèque de Bretagne (voir rubrique actualités).
En attendant, Dastum 44 vous propose aujourd'hui d'écouter deux chansons sur ce métier.
Ecouter et lire la suite

La première des deux chansons enchaînées par nos commères reprend à peu près le thème des lavandières du Portugal. Si elle lui est antérieure, elle ne semble pourtant pas très ancienne, de par sa facture. Certes, elle a été collectée en pays de Chateaubriant, mais chaque commune possédait son ou ses lavoirs.
La seconde fait elle aussi référence au battoir et utilise l'onomatopée. Clap, clap, tipe et tape...les auteurs du succès des années 50 n'auraient donc rien inventé, puisant leur inspiration dans la chanson traditionnelle ?
Quand aux lavandières des bords de l'Erdre, elles ont disparu avec les progrès des arts ménagers. Pour en savoir plus sur la profession, consultez l'article qui leur a été consacré dans le journal municipal Nantes Passion.
Après la disparition des bateaux lavoirs, l'un d'entre eux a continué sa carrière comme cabaret chantant, boulevard Van Yseghem à Nantes. Grâce à son patron, Patrick Le Masson, on y a vu défiler dans les années 70-80 chanteurs « engagés » tels Gilles Servat ou Jean-Marie Vivier et musiciens trad. comme les Boys of the Lough ou les frères Balfa … !
L'Erdre n'en finit donc pas de chanter (2) et si vous passez par Nantes, vous pourrez entendre ces deux chansons sur les bords de la rivière. Elles font partie de l'illustration sonore d'une visite commentée de la ville.

notes
1 – pour les plus jeunes d'entre vous qui n'auraient pas connu Luis Mariano, ou Yvette Giraud, voici le refrain de cette chanson composée en 1955 par André Popp, paroles de Roger Lucchesi :
Tant qu´y aura du linge à laver, On boira de la manzanilla
Tant qu´y aura du linge à laver, Des hommes on pourra se passer
Et tape et tape et tape avec ton battoir, Et tape et tape tu dormiras mieux ce soir
2 – écoutez aussi, sur ce blog, la chanson de la Jonelière (n° 16 – août 2013)

Les lavandières

C'est le jour de la lessive
Pour les filles du hameau
Et toutes, d'une allure vive
Marchent vers le bord de l'eau
La corbeille sur la tête
L'on s'approche et on s'arrête
On se dit bonjour gaiement
On fait la causette un petit moment
On se dit bonjour gaiement
Ce tiède matin, n'est-il pas charmant

Quand chacune a pris sa place
On savonne et frotte dur
Souillures, tâches, tout s'efface
Dans le flot limpide et pur
Et la langue va trottant
Malgré le battoir, sans répit, battant
Et la langue va trottant
Tandis' que partout le battoir s'entend

On raconte maintes histoires
Le battoir fait clap, clap, clap
Chacune a, vous pouvez m'en croire
Des malices plein son sac
[ … ].

interprètes : Janig Juteau & Janick Péniguel
collecté par Patrick Bardoul à la La Grainetière, en Sion-les-Mines (Loire-Atlantique) – chanté par Marie Aragon

Nous sommes encore dix lavandières

Nous sommes encore dix lavandières
Toutes les dix à la rivière
Toutes les dix que nous faisons
Petit, petape, tapons donc

Nous sommes encore neuf lavandières…

interprètes : Janig Juteau & Janick Péniguel
Collecté à La Baule, par Mathieu Hamon et Ronan Robert – chanté par Michel Robert

catalogue P. Coirault : Les douze lavandières à la rivière (Nombres en décroissant – N° 10113)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire