mercredi 27 novembre 2019

317 - Alonzo et Imogine


On penserait, avec cette belle chanson, tenir une de ces complaintes immémoriales issues d'une tradition fort ancienne. N'est-il pas question d'un départ pour les croisades ? D'un chevalier casqué, qu'on imagine bien au pied d'une tour courtisant sa belle ? Si le thème, en effet, nous plonge en plein moyen-âge, l'origine de la chanson est beaucoup plus récente. En outre, elle doit sans doute plus à la diffusion écrite qu'à la transmission orale.
Cela ne l'empêche pas d'être un texte magnifique, servi par une mélodie adaptée, qui mériterait mieux que le peu d'interprétations modernes qu'elle a suscité.
Pour écouter la chanson et lire la suite:
Quantité de chansons ont exploité le thème du retour du militaire trouvant sa femme remariée, ou, encore mieux, revenant juste le jour des secondes noces. Ces aventures nous offrent des dénouements tantôt heureux, tantôt tragiques. Dans l'une d'elle, les parents, persuadés de la mort de leur fils, imaginent être en présence d'un revenant. Mais celle ci est bien la seule ou le spectre du fiancé s'invite à la table des noces. Comme le dit l'auteur d'une autre chanson “ça présentait tous les symptômes, tous les dehors de la vision, les faux airs de l'apparition, en un mot c'était un fantôme” (1). Ces personnages en chair et en os (surtout en os !) sont peu présents dans la chanson traditionnelle. D'ailleurs, si ce texte est passé dans la tradition orale, c'est à l'oeuvre d'un lettré que nous le devons. Un auteur qui s'est inspiré de ce thème populaire.
Si l'on en croit Patrice Coirault, c'est probablement la littérature de colportage qui a permis la diffusion de ce texte. Un phénomène qu'on a trop souvent tendance à minimiser, mais compte tenu des quantités de ces volumes diffusés dans les bourgs et les campagnes, il faut revoir nos idées préconçues sur le soit disant illettrisme généralisé des classes populaires. Almanachs et romans populaires ont tout de même trouvé preneur dans des quantités qui feraient pâlir de jalousie n'importe quel prix Goncourt. Evidemment cela n'explique pas la diffusion du timbre des chansons; et c'est là que la tradition orale prend sa revanche sur l'écrit. Mais l'histoire d'Alonzo et Imogine montre bien l'importance du phénomène.
En effet, loin d'être une de ces grandes complaintes venues du fonds des temps comme la mort du roi Renaud ou la fille du roi Loys...cette tragique histoire d'amour n'a sans doute pas une origine antérieure à la fin du 18ème siècle. Un indice nous permet de l'affirmer: les sources écrites les plus anciennes remontent, au mieux, aux années 1790. Pour ce que nous avons pu en découvrir, l'origine de cette chanson à consonance hispanisante ne serait même pas française, mais l'oeuvre originale d'un écrivain d'outre Manche.
Le site de la BNF (Gallica) nous présente un document intitulé: Romance lugubre, Alonzo et la belle Imogine : tirée du Moine, roman nouveau / musique et accompagnement du C. Beauvarlet-Charpentier. Ce poème musical en octosyllabes est la traduction fidèle de l'oeuvre d'un certain Matthew Gregory Lewis (1775–1818) intitulée: Alonzo the Brave and the Fair Imogine. Tout y est: le départ pour la Palestine, le serment de fidélité et le retour du fantôme d'Alonzo venant rappeler ses promesse à Imogine.
Les collectes de cette chanson ne sont pas si nombreuses et proviennent majoritairement du grand ouest de la France (Haute-Bretagne / Poitou). En Loire-Atlantique, plusieurs versions ont été notées, celle ci en pays de la Mée, dans le pays d'Ancenis (Guillard) dans le secteur de Saint Nazaire et la Brière (Guériff / Le Floc'h) et au sud de Nantes (Guéraud).
A notre connaissance seulement deux interprétations de cette chanson ont été enregistrées sur disque. L'une chantée par Mathieu Hamon, dans le spectacle “Kharoub” qui associe le quintet Hamon-Martin avec le chanteur palestinien Basel Zayed (2). L'autre par le groupe vendéen Yole (2) où le prénom d'Imogine est changé pour Adeline. Il est vrai que même dans une période (la nôtre) où l'Etat civil s'enrichit chaque jour de prénoms originaux, il reste encore déconseillé aux parents d'appeler leurs enfants Imogine ou Thyrsis (3) s'ils ne veulent pas qu'on se moque d'eux dans les cours de récréation !

Notes
1 – avec une différence majeure, puisque dans la chanson de “Tonton Georges” le fantôme est de sexe féminin.
2 - Hamon Martin quintet & Basel Zayed - Kharoub (Coop Breizh – 2017) et Atlantic, par Yole (Frémeaux & associés / Elephant – 2000)  
3 – voir chanson n° 316, l'amant confesseur

interprète : Nolwenn Le Dissez
source : Marie Dupin-Piquet, à La Meilleraye-de-Bretagne (Loire-Atlantique), enregistrée en 1963 par Jean Tricoire
catalogue P. Coirault : Alonzo et Imogine (Aventures de mariage – N° 05312)
catalogue C. Laforte : non catalogué

Autrefois disait un guerrier
A la belle et tendre Imogine
Il est vrai je suis chevalier
Et je pars pour la Palestine

Ah, que de pleurs en ce moment
Que tes yeux ont pour moi des charmes
Il reviendra un autre amant
Dont la main essuiera tes larmes

De t’oublier, non, non, jamais
Cher Alonzo, répond la belle
Mort ou vivant, je t’aimerai
Je te serai toujours fidèle

Plusieurs années sont écoulées
Un baron de haute origine
Par les cadeaux qu’il a payés
Demanda la main d’Imogine

L'éclat brillant de ses bijoux
Charme la belle et l'enchante
Elle l'accepte pour époux
La fête arrive, elle est brillante

Jeux et festins allaient commencer
Pour faire une épouse nouvelle
Le baron vint pour se placer
Un étranger est auprès d’elle

Son casque le couvrait si bien
Afin que chacun l’examine
Immobile, il ne disait rien
Toujours regardait Imogine

D’un ton qui masque la frayeur
A l’étranger elle s’adresse
Otez votre casque, seigneur
Et partagez notre allégresse

Quand son casque fut enlevé
On vit un spectre épouvantable
Debout, debout, l’affreux géant
Dit à la tremblante Imogine :

Reconnais-tu bien maintenant
Alonzo mort en Palestine
Un jour ta bouche me jura
Qu’aux amants tu serais fidèle

Puisque tous tes serments sont faux
Que tu veux assouvir ma flamme
Je t’entraine dans mon tombeau
Chevalier, elle était ma femme

Il saisit de son bras nerveux
Son infidèle qui l'implore
Mais, ils ont péri tous les deux
Et leurs cris s'entendent encore

Depuis elle revient tous les ans
Dans ses habits de fiancée
Au lieu où elle fît le serment
D’Alonzo d’être accompagnée.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire