samedi 26 octobre 2019

314 - Le meunier et le perroquet


La situation décrite dans cette chanson aurait-elle pu servir de modèle au film “trois hommes et un couffin” ? Sans être identique elle présente quelques analogies. De la même façon, c'est une manière de présenter une histoire sérieuse sous un aspect comique. Il y est tout de même question d'abandon d'enfant. On peut supposer à l'attitude du meunier que s'il garde l'encombrant cadeau c'est qu'il est pour quelque chose dans cette affaire.
pour écouter la chanson et lire la suite

Le perroquet n'est pas l'oiseau le plus chanté dans le répertoire traditionnel; et encore ici n'est-il qu'à titre symbolique. Pourtant l'attrait pour cet emplumé coloré et bavard nous a valu quelques aventures intéressantes. Sa capacité à reproduire des sons a excité la curiosité depuis fort longtemps, tout comme cette curiosité finit par jouer un tour au galant de la chanson.
Dans cette version de la chanson, c'est le garçon qui nous conte sa mésaventure. D'autres versions donnent la parole à la jeune fille. Mais dans un cas comme dans l'autre il y a inversion en cours de récit. La conclusion revient toujours au garçon puisque la fille disparaît sans demander son reste. Il faut ici attendre l'avant dernier couplet pour apprendre qu'il est meunier. Habituellement cette profession a un comportement assez leste avec le sexe féminin. Pour une fois la situation tourne donc à son désavantage.
Julien Tiersot, dans ses collectes des Alpes (1) a trouvé une version où le meunier est remplacé par un commis de l'octroi: “Il s'agit ici d'une femme qui, arrêtée au faubourg par les commis « z-au service du roi », de l'octroi qui veulent visiter son panier, prétexte l'oubli d'une clef”. La chute est identique:
Les commis, surpris d'entendre
Une petite voix tendre:
« Nous voilà bien attrapés
D'avoir ouvert le panier! »
Gabelous ou meuniers, la chanson est encore une fois utilisée pour brocarder des professions dont la situation dominante entraîne parfois des abus.
Quelle que soit la profession du galant, son attitude en fin de chanson laisse supposer une certaine responsabilité dans l'affaire; Presqu'une reconnaissance de paternité !
Quand au perroquet lui même, on y reviendra probablement une autre fois. Dans une chanson où le beau parleur dénonce l'inconduite d'une femme à son mari trompé ? Ou bien avec l'histoire de Vert-vert, dressé par des mariniers de la Loire et dont le langage choqua ses nouvelles propriétaires, des religieuses de Nantes ? Affaire à suivre.

Note:
1 - Chansons populaires, recueillies dans les Alpes françaises (Savoie et Dauphiné) par Julien Tiersot (1903). Page 204: chanson recueillie à Séez en Tarentaise

Interprète : Janick Peniguel
source:  Marcelle Boudu, de Petit-Mars (44) enregistrée par François Dousset et Arnaud Lebot
catalogue P. Coirault : Le meunier et le perroquet (Galants joués – N° 02006)

M’en revenant des noces, un soir j'ai rencontré
Une jolie p'tite lingère qui portait un panier
Que portez-vous, tra la, la, dans ce p'tit panier là

Monsieur, c’sont des oranges, un coin de beurre frais
Une carpe, une tanche, un joli perroquet
Qui sont r’couverts de noir, tra la la, que personne ne peut voir

Allons, marchons, la belle, marchons gaillardement
A la première auberge, nous nous arrêterons
Joli meunier, tra la, la attrapé, tu seras

A la première auberge, ils se sont arrêtés
Commande sur la table du bon vin muscadet
Un bon pigeon ramier, tra la, la, pour mieux les ragoûter

La belle se mit à table, se dépêche à manger
Puis elle se lève de table, dit : monsieur, excusez
Gardez mon panier là, tra la, la, je n'y tarderai pas

L'enfant qu'est sous la table ne faisait que pleurer
Voilà la drôle de farce que la belle m’a joué
Voici le perroquet, tra la, la, que la belle me disait

L'hôtesse monte dans sa chambre, d'un air en souriant
Lui dit : meunier, bon drôle, vous voici un enfant
Mais qui prendra, tra la, la, la mouture de vos bras

Madame, prenez-y peine, si je suis attrapé
J'en attrap'rai bien d'autres, vous-même vous y serez
Double mouture, tra la, la, l'enfant s'élèvera.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire