vendredi 29 avril 2016

150 - Quête de mai

Nous le remettons à l'honneur parce que cela correspond à la saison, mais s'il est bien un genre tombé en désuétude c'est celui de la chanson de quête. Autrefois très présent à plusieurs périodes de l'année: Noël, Guillaneu, Passion, Saint Martin...il a disparu du folklore local. Dans nos contrées, les marguillers, quêtant pour la paroisse, ont été les derniers à chanter de maison en maison.
Nous sommes ici en présence d'un chant de quête de mai, plutôt en usage chez les jeunes gens d'une commune. Les paroles ne laissent aucun doute : il s'agit autant de récolter de la monnaie, des œufs ou d'autres denrées que d'inviter les filles des villages traversés à se joindre à la fête. Nous ne rentrerons pas dans le détail des explications sur le déroulement de ces quêtes. Reportez vous aux ouvrages des folkloristes pour en savoir plus. D'une chanson à l'autre on retrouve des constantes et des originalités. Celles notées en Loire-Atlantique n'échappent pas à la règle.
Pour écouter la chanson et lire la suite :


Dans les années 80 quelques jeunes collecteurs enthousiastes auraient tenté de faire revivre cette tradition. Mais les temps ont changé. Dans les écarts les maisons sont barricadées. Derrière les grilles « médor aux dents pointues » veille ; quand ce n'est pas le propriétaire armé d'un fusil de chasse qui menace d'appeler les gendarmes pour tapage nocturne.
Jadis (1) les ruraux étaient peut être tout aussi méfiants vis à vis de l'étranger, mais justement, ce rituel local faisait partie des circonstances attendues. Aussi chacun se débrouillait pour satisfaire les demandes. Les quêtes de mai intervenaient au tout début du mois, le jour du premier mai ou le premier dimanche de mai.
Contrairement aux chants de la période de Pâques, centrés sur la passion du Christ, les quêtes de mai n'ont pas de sens religieux. Pour autant, quelle que soit leur ancienneté, elles ne sont pas éloignées d'une certaine forme de mystique. Les œufs réclamés par les chanteurs sont peut être les présents les plus faciles à faire pour les habitants des campagnes. Mais l’œuf est aussi un symbole de la naissance ou de la renaissance de la vie. Nous ne relancerons pas le long débat pour savoir qui de l’œuf ou de la poule est à son origine. Remarquons que ces chansons y attachent une grande importance. On prie pour la bonne santé de la poule !
A l'inverse, un refus de donner des œufs pourrait entraîner des désagréments ; le renard n'est pas loin. Dans un « maggio » italien, équivalent de nos chants du mois de mai, le problème est ainsi crûment posé :
Viene di maggio se non ci date niente
alle vostre galline ci venga un accidente! (2)
A prononcer avec l'accent de Don Corleone dans le Parrain ? Même pas ; des versions collectées en France utilisent la même menace.
Le couplet final, chanté en dernier recours pour des récalcitrants, se retrouve dans d'autres chants de quête de pays proches : Brière, Vilaine...
Celui ci vient du pays de Coislin, autour de Campbon, dont les collectes réalisées à diverses périodes par les Maillard, Glotin, Juteau, et autres, viennent d'être rassemblées et valorisées par Dastum 44.

notes
1 – jadis : unité de temps pifométrique, bien pratique quand on ne sait pas à quand exactement faire remonter la pratique d'un folklore !
2 - Extrait du Maggio di questua de Casteldicasio, région de Bologne, popularisé par le « Gruppo Emiliano ».

Interprète : Janig Juteau + réponses
source : Stéphane Glotin, de Campbon ; collectage de Janig Juteau
Catalogue P. Coirault : Voici le mois de mai que les rosiers boutonnent (Quêtes de mai – N° 9021)


Voici le mois de mai où les rosiers boutonnent
Où les jeunes garçons en portent à leur mignonne
En lui disant : « ma mie prends ce bouquet »
A l’arrivée du joli mois de mai (bis)

Voici le mois de mai rempli de violettes
Filles et garçonnets sont remplis d’amourettes
Ils sont remplis d’amourettes et de joué (joie)
A l’arrivée du joli mois de mai (bis)

Maître de la maison, qu’avez beaucoup de vaches
L’vez-vous de bon matin, les m’ner aux pâturages
Elles vous donn’ront du beurre et puis du lait
A l’arrivée du joli mois de mai (bis)

Maîtresse de maison, qu’avez de grandes filles
Faites-les se lever, et vite qu’elles s’habillent
Nous les mèn’rons toute la nuit pour chanter
A l’arrivée du joli mois de mai (bis)

Et vous les braves gens qu’avez de la volaille
Mettez la main au nid, n’apportez pas la paille
Donnez des œufs pas pourris mais bien frais
A l’arrivée du joli mois de mai (bis)

Si vous donnez des œufs je prierons pour votre poule
C’est pour que le renard la prend pas dans sa goule
Vantié bien qu’il vous la mangerait
A l’arrivée du joli mois de mai (bis)

Si vous donnez des sous, je prierons pour votre bourse
Pour qu’elle se remplit bien et que Dieu vous rembourse
Et je prierons l’Archange Saint Miché
A l’arrivée du joli mois de mai (bis)

Vous n’ pouvez rien donner, donnez la chamberière
C’ ti-là qui porte les œufs vous en fait la prière
Ce sera bien pour porter son panier
A l’arrivée du joli mois de mai (bis)

Vous voulez rien donner, grandes espèces d’andouilles
Tous les chiens du pays, vous chieront dans la goule
Ça sera bien pour vous remercier
A l’arrivée du joli mois de mai (bis).


Aucun commentaire:

Publier un commentaire